En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Centenaire 14-18

Vies tranchées - Paroles d'enfants

Par admin www, publié le mercredi 19 août 2015 15:48 - Mis à jour le mercredi 19 août 2015 15:50

Montage audio réalisé lors de la création du spectacle Vies tranchées, avec les élèves de l’école Sorémont à Saint Jean le Vieux et en collaboration avec l‘association Chapelle Saint Claude située à Cheignieu la Balme.

Dans le cadre des commémorations 14-18, Le Conseil départemental a fait appel à la Compagnie « L’Atelier du Réverbère » pour créer un spectacle sur la mémoire de la Première Guerre mondiale dans l’Ain : Vies tranchées. Il a été conçus à partir d’éléments réunis grâce au travail d’associations locales partenaires du projet.

Une nuit de Saint Martin (11 novembre), deux ans après quatre années d'une impitoyable et interminable guerre, cette nuit-là, Mr le Maire pense au monument commémoratif qu'il inaugurera au matin, il égraine des souvenirs. Tandis que sur la place, des créatures invisibles à ses yeux, se livrent à d'étranges jeux. Il y a même un prisonnier-marionnette qui conte son histoire... Une fable onirique, à la fois terrible et joueuse. Autour d'un jeu de Petits Chevaux, les deux interprètent évoluent sur un plateau qui se charge de plus en plus de décors. Elles chantent, interprètent des musique d'époque au violon gourde ou sur l'obusophone et manipulent la "Rosalie" (baïonnette).

Ce spectacle fait partie du dispositif « Mots en scène », consistant à cofinancer des spectacles organisés dans les bibliothèques partenaires du réseau départemental de lecture publique.

Transcription de la séquence Monument Ysaÿe (avec voix d'enfants)

Mon arrière arrière-grand-père a fait la guerre de 14/18. Mon arrière-grand-père, il a fait la guerre. Il est revenu sain et sauf. Mon grand-père, il a fait la guerre d’Algérie. (0 :34)

Musique

(0 :40) La guerre – Des millions de morts, des maisons cassées, des terrains cassés, de la vengeance d’une violence meurtrière, qui feront tout pour gagner. (0 :51)

Musique

(1/18) La violence ne sert à rien. Il faudrait mieux se parler calmement. Se serait déjà plus simple et moins violent. (1 :25)

Musique

(1 :45) Des fois aussi c’est n’importe quand qu’ils font la guerre tous, parce qu’après ça met l’existence des autres, enfin… aussi les enfants ils font comment pour survivre si ils n’ont plus d’adultes avec eux ? (2 :02)

Musique

(2 :27) C’est comme un jeu, sauf que là ils se tirent dessus pour de vrai. (2 :32)

Musique courte

(2 :35) Ils veulent être les plus riches, avoir le plus de pays. (2 :40)

Musique courte

(2 :47) On fait toujours la guerre au Mali et en Syrie, en Afghanistan et en Ukraine. (2 :52)

(2 :54) Dans des pays, ils se sont battus pour avoir d’autres pays et dans le même pays il y avait du pétrole. Et pour le pétrole qu’il y avait là-bas, ils se sont battus pour du pétrole. (3 :07)

Musique courte

(3 : 03) Moi je n’irai jamais faire la guerre. (3 :15)